Pathologies vocales bénignes

Écouter sa voix

Le chanteur de blues à la voix éraillée et la diva demeurant muette des jours avant une prestation témoignent tous deux d’une même réalité: la voix est un organe fragile. Ils ne sont cependant pas les seuls à pouvoir être affectés par des pathologies vocales bénignes. Les enseignants, les avocats, les entraîneurs sportifs, les gens qui travaillent dans les médias, la vente, le télé-marketing, et toutes les personnes qui utilisent leur voix de façon prolongée, voire excessive, sont aussi vulnérables à ce genre d’affections.

Survenant surtout chez les adultes, les pathologies vocales bénignes sont des lésions résultant de traumatismes ou d’inflammation dus à un usage abusif de la voix. Elles se traduisent par un changement dans la qualité de la voix ou par des extinctions de voix récurrentes. Par exemple, en fin de journée ou après des activités, la voix devient très rauque et elle le reste pendant plusieurs heures ou quelques jours. Au moindre signe de fatigue ou d’énervement, au moindre rhume, c’est l’extinction de voix pour deux ou trois jours, sinon une semaine.

De façon générale, ce ne sont toutefois pas des conditions douloureuses. Néanmoins, une personne souffrant d’une pathologie vocale bénigne se sent la gorge serrée, sèche, irritée et prend conscience de l’effort qu’elle doit mettre pour continuer à parler malgré sa voix rauque. Elle peut développer de l’inconfort musculaire au niveau de la gorge. Il est temps de penser à consulter un médecin, plus précisément un oto-rhino-laryngologiste, lorsqu’une extinction de voix se prolonge au-delà d’une semaine ou qu’elle se répète fréquemment.

Nodules, polypes, papillomes, etc.

Les pathologies vocales bénignes les plus communes sont les nodules. Il s’agit d’un épaississement de la surface de la corde vocale. On peut comparer cela à une ampoule à un pied qui, à la longue, devient comme de la corne. Les autres pathologies les plus courantes sont les polypes. C’est aussi un mécanisme de traumatisme, mais il s’agit cette fois d’une excroissance de liquide d’enflure ou de sang qui se transforme en une petite masse gélatineuse et pédonculée à la surface de la corde vocale. Il existe d’autres genres de polypes, qui surviennent chez les fumeurs invétérés. La nicotine et les produits du tabac causent une inflammation chronique sur les cordes vocales, qui deviennent boursouflées, parfois de façon permanente.

Les papillomes laryngés surviennent souvent chez des jeunes adultes et parfois même chez les enfants . Ce sont des lésions, ressemblant à des verrues, causées par une infection virale, qui n’est toutefois pas contagieuse. Il est important de bien les diagnostiquer, car il n’existe toujours pas de cure pour cette pathologie, qui nécessite des excisions répétitives avec le laser. Les patients doivent subir trois ou quatre interventions par an pendant plusieurs années avant d’en venir à bout et il demeure toujours un risque de récidive.

Une paralysie des cordes vocales, bien qu’elle puisse n’être que temporaire (plusieurs mois, voire un an), exige des investigations assez exhaustives afin de s’assurer qu’elle n’est pas secondaire à une autre lésion, neurologique par exemple. Communément, cela survient chez les personnes atteintes d’un cancer du poumon. Une inflammation du nerf peut également en être la cause. Dans le cas où le nerf aurait été sectionné, lors d’un accident ou d’une chirurgie, il n’y aura pas de guérison naturelle. Heureusement, pour ceux qui demeureraient avec une paralysie permanente, il existe de très bonnes techniques chirurgicales pour réhabiliter les problèmes de voix.

L’approche thérapeutique

Souvent les problèmes de voix sont multifactoriels. Des problèmes d’allergies ou de sinusites chroniques sous-jacents peuvent en être responsables, aussi vaut-il la peine de s’y attarder. Il faut aussi étudier le contexte de vie et de travail du patient. Par exemple, le manque d’humidité dans l’air de la maison ou du lieu de travail, la pollution atmosphérique, l’exposition à des produits chimiques ou à la poussière peuvent constituer des irritants pour les cordes vocales. Certains comportements humains peuvent également être en cause, tels le tabagisme et l’alcoolisme. Les excès d’alcool peuvent en effet causer des problèmes d’estomac. Il est classique que les gens souffrant de reflux gastriques présentent aussi de l’inflammation au niveau de la gorge.

Les pathologies vocales bénignes nécessitent rarement une chirurgie en première ligne, car elles pourraient guérir spontanément si la lésion est très petite. Il est préférable de bien suivre l’évolution de la pathologie, de faire de l’orthophonie (la physiothérapie du larynx et des cordes vocales) et de ré-évaluer la lésion. Les exceptions à cette approche sont: les lésions vocales qui sont très volumineuses (un gros polype vocal, par exemple) ou les papillomes. Dans le cas des papillomes laryngés, il n’est pas question d’attendre. Il faut procéder à la chirurgie rapidement étant donné le potentiel de croissance de ces lésions.

Après quelques mois d’orthophonie, si les nodules ne se résorbent pas complètement, il y a un rôle pour la chirurgie. Pour les polypes, la chirurgie est souvent indiquée plus rapidement que pour les nodules.

L’intervention consiste en une microchirurgie sur les cordes vocales, faite sous anesthésie générale, par voies naturelles. L’oto-rhino-laryngologiste utilise soit une instrumentation traditionnelle, comprenant de très petits bistouris et des pinces microscopiques, soit le rayon laser (au Co2) pour cautériser et pour des types d’excisions très précises. Il s’agit d’une chirurgie d’un jour (ambulatoire).

Il n’y a pas vraiment de douleur associée à la chirurgie, ni de dérangement dans tout le métabolisme. Pour la voix, une période de convalescence d’environ une semaine, durant laquelle le patient garde le silence, est néanmoins nécessaire, afin de favoriser la guérison précoce. Des anti-inflammatoires ou des antibiotiques peuvent aider la guérison.

De l’importance de la prévention

Une bonne hygiène de la voix est primordiale. Premièrement, il est important de boire beaucoup d’eau pour bien lubrifier la gorge et le mécanisme de la voix. Deuxièmement, il faut éviter les excès de café et d’alcool. Troisièmement, il peut être opportun d’humidifier notre environnement. Il ne faut pas abuser de sa voix. Lorsqu’elle est fatiguée, changée, il faut la reposer. Il ne faut pas persister à forcer sa voix par-dessus une laryngite ou une extinction de voix, ce serait comme continuer à marcher sur une cheville à laquelle on a une entorse.

Ceux qui doivent utiliser beaucoup leur voix dans le contexte de leur travail, comme les enseignants, devraient se taire quelques minutes chaque heure. De plus, ceux qui donnent des cours de deux ou trois heures dans des gymnases ou des amphithéâtres remplis d’une centaine d’élèves devraient utiliser un microphone. Les gens devraient apprendre à s’écouter, parce que leur voix leur dit qu’ils sont fatigués.


Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
© 2017, Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
Tous droits réservés  |  Conditions d'utilisation | Crédits