Stridor

Stridor : un symptôme dérangeant

D’entrée de jeu, il importe de préciser que le stridor est un symptôme et non un diagnostic ou une maladie. Ce bruit de la respiration provient des voies de respiration supérieures et existe selon trois classifications : inspiratoire, expiratoire ou biphasique (à la fois inspiratoire et expiratoire).Associé à un nombre élevé de pathologies ou d’infections touchant principalement les enfants de moins de six ans, il peut se présenter de façon insidieuse ou chronique.

L’identification de la cause du stridor se fonde sur l’historique, l’observation et l’examen physique du patient. En identifiant le type de stridor, le spécialiste peut déterminer d’où vient la respiration bruyante et identifier l’origine de la lésion ou de l’infection. Un stridor inspiratoire indique généralement une lésion située dans la région du nez, du pharynx ou du larynx au-delà des cordes vocales. Le stridor expiratoire est plutôt causé par un problème intrathoracique, un problème trachéal ou provenant des bronches. Finalement, le stridor biphasique est associé à une lésion au niveau de la glotte ou encore en dessous des cordes vocales : la sous glotte.

Le stridor se manifeste surtout chez l’enfant en raison d’une obstruction partielle ou d’une ouverture trop petite à un certain endroit des voies respiratoires. On le relie à plusieurs causes bénignes structurelles, anatomiques ou infectieuses et on l’attribue aussi à certaines conditions congénitales.

Certains adultes peuvent aussi développer le stridor suite à diverses conditions infectieuses, de tumeurs bénignes ou malignes ou d’un traumatisme. Il arrive également que le stridor soit relié à un problème qui progresse depuis l’enfance.

Déterminer la cause du stridor

Pour identifier la cause du stridor, la catégorisation inspiratoire, expiratoire et biphasique révèle certaines pistes, mais d’autres éléments peuvent aider à préciser le diagnostic avant l’examen physique.

Parmi les indices recherchés par le spécialiste ORL, notons l’âge auquel a débuté le stridor et le moment où il se manifeste. S’agit-il d’un stridor présent dès la naissance (on songe alors à une dysfonction des cordes vocales, un web ou un kyste laryngé) ou a-t-il été précipité à la suite d’un événement (par exemple une intubation). Est-ce qu’il y a un moment qui précède l’apparition du stridor? Survient-il immédiatement après les boires, lorsque l’enfant pleure ou encore dans certaines positions? Est-ce que le stridor s’accompagne de reflux ou une toux chronique? Pouvons-nous noter la présence de fièvre, dysphonie, aphonie ou d’hypersalivation.

Dans 80% des cas, si le récit est suffisamment détaillé par le patient, le spécialiste ORL est en mesure d’identifier la source du problème. L’examen physique, incluant la vérification de l’oxygénation du patient, viendra fixer la gravité de l’état. Dans la plus part des cas, l’examen doit inclure une endoscopie flexible au niveau du nasopharynx et du larynx. S’il s’agit d’un stridor biphasique ou expiratoire, une bronchoscopie parfois combinée avec une endoscopie des broches sera réalisée sous anesthésie générale. Des investigations complémentaires peuvent aider à mieux préciser, confirmer ou supporter un diagnostique. Parmi ceux-ci, nous y retrouvons des tests sanguins, radiographies du cou et des poumons, études de l’œsophage et de l’acidité gastrique (Ph-métrie), tomodensitométrie ou IRM, études du sommeil (polysomnogramme).

Les maladies qui causent le stridor

Le stridor aigu peut être causé par toute sorte d’infections ou d’abcès dans la sphère ORL. Chez l’enfant, la croissance permet aux voies aériennes de se développer et de grandir ce qui explique une présence réduite de stridor chez les enfants de plus de six ans.

La bactérie Haemophilus influenzae, type b est aussi à l’origine de difficultés respiratoires pouvant conduire à une épiglottite : une infection grave de la gorge qui survient chez l’enfant provoquant un étouffement. Cela dit, avec les campagnes de vaccination contre l’influenza, l’incidence de ce type d’infection a été considérablement réduite.

Chez l’enfant âgé de six mois à 5 ans, le croup s’accompagne souvent d’un stridor aigu combiné à une toux aboyante s’amplifiant la nuit. Causé par l’inflammation des voies respiratoires supérieures (larynx ou cordes vocales et la trachée) le croup (laryngite striduleuse), est dû à une infection virale. Débutant typiquement avec un rhume, le croup évolue vers une toux sèche accompagnée d’une respiration stridente et rauque (le stridor). Le danger dépend de l’ampleur de l’inflammation des voies respiratoires supérieures, plus elles sont bloquées, plus l’enfant a de la difficulté à respirer. Le croup s’empire d’habitude pendant la nuit, dure 3-4 jours et se résorbe de lui-même.

L’aspiration accidentelle d’un corps étranger tel qu’un petit objet, un morceau de noix ou un bonbon, peut aussi entraîner un stridor aigu. Ceci est fréquent chez les enfants âgés de 1 à 2 ans. Habituellement, une histoire d’étouffement ou de toux précède le développement du stridor.

Le stridor peut également survenir après une réaction allergique. Une trentaine de minutes après avoir été exposé à un aliment allergique, un choc anaphylactique peut conduire au stridor. La voix devient rauque, le stridor se manifeste, il peut y avoir une congestion nasale, une sensation de picotement dans les yeux et une sensation que la gorge se serre.

Certains cancers comme les lymphomes se manifestent occasionnellement par un stridor aigu lorsqu’ils sont localisés dans la région tête et cou et ce, autant chez l’adulte que chez l’enfant. En fait, dans cette région, n’importe quelle masse extensible peut pousser assez rapidement et provoquer un stridor.

Si présent à la naissance, un stridor peut être dû à une dysfonction des cordes vocales, un web ou des kystes au larynx. Dans la période néonatale, la ‘laryngomalacie’ est la cause la plus fréquente de stridor chronique. Le stridor peut être exacerbé par certaines positions, les pleurs et les boires.

Certains patients peuvent avoir un rétrécissement de la région immédiatement sous leurs cordes vocales: une sténose sous-glottique. Ils présentent un stridor inspiratoire ou biphasique chronique. Cette condition peut être congénitale (présente à la naissance) ou acquise (suite à une intubation prolongée ou autres causes). Dans la région de la sous-glotte, nous pouvons aussi y retrouver des hémangiomes. Le stridor associé à cette condition devient plus marqué lorsque la lésion grossit.

Tant chez l’adulte que chez l’enfant, les papillomes, selon leurs localisations, peuvent occasionner un stridor. Le papillomavirus est un virus touchant la peau et les muqueuses ou encore les deux à la fois. Cette infection se traduit par la production de verrues, et des tumeurs malignes ou bénignes. Lorsque ces papillomes se trouvent dans l’ouverture du larynx, ceux-ci peuvent provoquer une dysphonie et un stridor chronique. Si ces lésions ne sont pas enlevées, le stridor peut progresser et une détresse respiratoire peut survenir.

Finalement, différentes causes physiologiques sont à l’origine du stridor dont la malformation de l’orifice supérieur du larynx, une trachée plus petite que la normale, les narines au fond du nez qui ne sont pas ouvertes, etc.

Comment aborder le stridor?

En raison des risques de complications associés, tout stridor doit être investigué et pris de façon sérieuse, et ce même si dans certains cas, le symptôme disparaît de lui-même à mesure que l’enfant grandit et que la croissance des voies respiratoires s’accentue.

Chez l’adulte, un patient qui présente un stridor chronique depuis quelques années doit aussi être pris au sérieux, même si ce cas semble nécessiter moins d’urgence.

Le stridor peu conduire à une rapide dégradation de l’état de santé. D’ailleurs, selon la forme de stridor présente chez le patient, le comportement du corps médical sera différent. Un patient atteint d’un stridor aigu dictera au personnel soignant des précautions plus importantes.

Ces précautions deviennent nécessaires puisque chez certains patients, le pronostic vital est en cause. On évitera de manipuler le patient qui sera plutôt redirigé vers une salle d’opération, où sera complété son examen physique. La gravité peut être attribuable à une obstruction qui limite beaucoup la pénétration de l’air vers les poumons, ce qui se manifeste par une aggravation de l’état respiratoire, une cyanose (une coloration bleu violet des muqueuses et de la peau) et enfin une somnolence.


Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
© 2017, Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
Tous droits réservés  |  Conditions d'utilisation | Crédits