Laser en ORL

Un outil précis et efficace aux multiples applications

Utilisé en oto-rhino-laryngologie depuis déjà plusieurs années, le laser permet notamment de traiter le ronflement, les cicatrices d’acné, de même que le rhinophyma. Il offre également la possibilité d’atténuer l’apparence des rides. Véritable concentré d’énergie (sa lumière est diffusée de façon parfaitement parallèle et sans aucune dispersion), le laser constitue un allié de choix pour les oto-rhino-laryngologistes, qui, grâce à lui, peuvent aujourd’hui réaliser des interventions remarquables.

Fini le ronflement!

Plusieurs patients consultent spontanément un oto-rhino-laryngologiste pour un problème de ronflement, souvent à l’initiative de leur conjoint. D’autres encore sont dirigés par leur médecin de famille. Le spécialiste procède d’abord à un examen afin de déterminer la cause du ronflement et sa localisation. De nombreuses pathologies, en particulier au niveau des voies nasales, peuvent contribuer au ronflement, sans compter les hypertrophies à la base de la langue ou au niveau des parois pharyngées.

Des facteurs comme le tabac et l’alcool aggravent le ronflement. C’est pourquoi on essaie de les éliminer avant de procéder à une chirurgie. Dans certains cas, le simple fait de mettre fin à ces mauvaises habitudes règle le problème. Et, dans tous les cas, il promet une meilleure guérison.

Le traitement au laser est indiqué quand le ronflement est causé par des vibrations au niveau du palais et de la luette. Il s’agit d’une intervention consistant à réséquer la plus grande partie de la luette et à faire des incisions ainsi que des scarifications au niveau du bord libre du palais mou à l¹aide du laser au CO2. Cette technique s’appelle l’uvuloplastie assistée du laser. Quand le ronflement a une origine autre que palatine < une apnée du sommeil, par exemple >, il faut procéder à un autre type de chirurgie, selon les techniques conventionnelles en milieu hospitalier.

L’uvuloplastie se déroule dans le cabinet du médecin et dure de 15 à 20 minutes. La chirurgie, réalisée sous anesthésie locale à la xylocaïne avec épinéphrine, par injection au niveau du palais et de la luette, ne nécessite aucune incision extérieure. Cela ne provoque pratiquement pas de saignements.

Il faut en moyenne trois séances, chacune espacée d’environ un mois, afin que les tissus récupèrent bien. L’oto-rhino-laryngologiste peut alors évaluer la progression du traitement, c’est-à-dire la diminution des symptômes.

Après la chirurgie, le patient reçoit des anti-inflammatoires ainsi que des anti-douleurs pour une période de sept à dix jours, pendant laquelle on recommande une diète molle, sans irritants locaux (alcool, jus acides, mets épicés). Le patient doit également maintenir une hygiène buccale adéquate: se brosser les dents de façon régulière et se rincer fréquemment la bouche à l¹eau salée.

Le patient poursuit ses activités normalement. Il faut toutefois se souvenir que l’intervention est pratiquée sur des régions mobiles, qui bougent à chaque respiration et à chaque déglutition, entraînant ainsi de la douleur.

Les contre-indications à l’uvuloplastie assistée du laser sont les problèmes de coagulation et l’âge avancé. Les complications possibles, qui sont rares, sont des contractures de plaies.

Bien que le ronflement soit un problème fonctionnel, ni la RAMQ ni les assurances personnelles ne remboursent l’intervention. Les prix varient entre 1000$ et 1500$ pour le traitement complet. Les frais de médicaments sont en sus.

Corriger les imperfections de la peau

Auparavant, les patients aux prises avec des cicatrices d’acné ou qui voulaient faire enlever des petites rides devaient subir une chirurgie sanguinolente ou un peeling chimique. Le chirurgien risquait d’endommager le derme et le phénol pouvait détruire les mélanocytes et entraîner une hypopigmentation.

Aujourd’hui, le chirurgien travaille tel un artiste avec son pinceau grâce au laser, qui est branché à un ordinateur. La technique est très précise, permettant des interventions esthétiques, comme enlever des pattes d’oie ou des rides autour de la bouche. De plus, un peeling réalisé avec le laser ne produit aucun saignement, comme si l’on enlevait la peau d’une tomate sans toucher à sa chair.

Le spécialiste utilise donc le laser pour créer une lésion thermique contrôlée, ce qui permet l’ablation de l’épiderme produisant une peau de texture plus lisse et homogène. Celle-ci doit être préparée au moins deux semaines à l’avance avec une solution contenant de l’acide glycolique ou de la vitamine A. Ainsi, elle absorbera alors beaucoup mieux l’énergie du laser. L’administration d’anti-viraux est recommandée pendant quelques jours car le laser active l’apparition de l’Herpes-Simplex. L’infection demeure rare.

La plupart des traitements au laser se font sous anesthésie locale, sauf lorsqu’on intervient sur une grande surface. Il est alors préférable de procéder à une anesthésie générale.

Avec le laser, l’oto-rhino-laryngologiste peut intervenir sur les cicatrices d’acné, sur les cicatrices hypertrophiques et sur les rides statiques. En revanche, le laser ne peut rien contre les rides d’expression, puisque ce sont les muscles qui sont en cause. Les lasers les plus utilisés dans les traitements des rides sont l’Erbium et le CO2. Le premier est indiqué dans le traitement des rides fines car son absorption est superficielle. Le deuxième est indiqué dans le traitement de rides plus profondes en raison de sa plus grande absorption. Il est souvent préférable de réaliser le travail en plusieurs traitements afin d’éviter une lésion profonde qui pourrait résulter en la formation de tissu cicatriciel. Les résultats d’un peeling peuvent durer plusieurs années dépendant du type de peau et de la protection solaire appliquée.

Toute maladie dermatologique, hypertension ou allergie au produit d’anesthésie locale représente une contre-indication. L’intervention ne convient qu’aux personnes au teint pâle, car les autres risquent de développer de l’hyperpigmentation. Les Noirs risquent particulièrement de se retrouver avec des chéloïdes (cicatrices anormales).

Cette technique permet également au chirurgien de traiter le rhinophyma (brandy nose) en faisant littéralement une sculpture du nez. On peut aussi rajeunir les paupières en pratiquant des incisions et ce, sans saignements.

L’intervention n’est pas très longue et doit de préférence avoir lieu l’automne ou l’hiver parce que la peau ne doit pas être exposée au soleil. De plus en plus, on applique une pellicule protectrice sur la peau après la chirurgie. En la gardant environ cinq jours, on accélère le processus de guérison. Les patients ont avantage à consulter une esthéticienne pour apprendre à camoufler les rougeurs, qui disparaîtront au bout de quelques semaines.

LASER : acronyme de Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation
contracture de plaie: cicatrice fibreuse très dense, qui peut amener un rétrécissement important du palais


Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
© 2017, Association d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale du Québec
Tous droits réservés  |  Conditions d'utilisation | Crédits